Los Angeles-sur-Meuse

Des murs blancs, des palmiers et des fenêtres panoramiques donnant sur la ville et ses collines environnantes. Tout au bout d’une petite rue pavée typiquement liégeoise se dresse une villa qui ressemble à celles qu’on s’attendrait à trouver en Californie….

LIEGE VUE

Voilà une dizaine d’années que David et Fabienne ont acheté ce qui était encore l’assemblage franchement bricolé d’une maison ouvrière et d’extensions des années 70. Un bricolage qui avait toutefois du charme et avait marqué David… dès sa plus tendre enfance. “Car oui, je venais ici quand j’étais enfant. A l’époque, je l’appelais : la maison James Bond ! Elle ne ressemblait à aucune autre maison que je connaissais. Il y avait un large escalier en colimaçon, un grand bar entouré de tapis et même une piscine dans l’actuel salon. C’est le genre de choses qui vous marquent quand vous êtes petit.” Quand David et Fabienne achètent la maison, son état n’a plus de quoi faire rêver. “Les plafonds étaient encombrés des gaines d’un système de chauffage à air pulsé alimenté au mazout. Les toilettes étaient un bloc installé au milieu de la cuisine. Les façades étaient couvertes de plaques Eternit… Mais cela restait une maison atypique, dont je savais que l’on pourrait faire quelque chose.” Intervient alors Olivier Palgen, architecte au sein du studio Alvéoles.

LIEGE 44

LIEGE 50

Simplification en règle

“La règle dans ces cas-là est d’aller toujours vers la simplification. Et c’est justement ça qui est compliqué”, précise David. Olivier Palgen supprime des volumes intérieurs, redessine les fenêtres, déplace les sanitaires et fluidifie la circulation. Une des chambres – inutilement grande – est coupée en deux. L’ancien atelier, dans le prolongement du garage, devient un bureau avec vue sur les arbres. Là où l’espace de vie n’était que très partiellement en contact avec l’extérieur, il fait désormais corps avec le jardin. Dans la foulée, eau, électricité et chauffage sont remis aux normes, les murs extérieurs sont enveloppés d’un épais isolant et d’un crépis blanc, la toiture est également isolée. Voilà pour le premier tableau ! Cinq ans plus tard, suite à l’arrivée d’un deuxième enfant, le besoin d’espace pousse David et Fabienne à faire à nouveau appel à Olivier Palgen. Une suite parentale voit alors le jour au-dessus du garage et du bureau, une suite prolongée d’une terrasse panoramique ! “C’est notre pièce préférée, mais on l’a aussi conçue de sorte à pouvoir un jour en faire un petit studio autonome.” alveoles.be

LIEGE 106

LIEGE SALLE DE BAIN 01

Lisez le reportage complet dans le numéro d’été de Gael Maison 2018.

Texte: Jean-Michel Leclercq. Photos et stylisme: Caroline Dethier.

article précédent article suivant

votre réaction

* Ces champs sont indispensables pour un suivi correct

Shop suggesties

Inspiratie suggesties