Ancienne écurie à Temse

Initialement à l’état de ruine, ce bâtiment a été transformé en une jolie maison où cohabitent passé, présent, travail et vie de couple.

Préserver l’âme

Toutes les façades, à l’exception de celle située à l’arrière, étaient protégées et devaient par conséquent être restaurées à l’identique. Lors d’une rénovation aussi drastique, le résultat s’apparente souvent à celui d’une nouvelle construction déconnectée de l’histoire des lieux. Mais Michiel n’a pas voulu emprunter cette voie. ‘Nous souhaitions que cette maison garde l’âme d’un vieux bâtiment. Nous y sommes parvenus grâce au choix des matériaux. Nous avons conservé ce que nous avons pu, mais cela s’est résumé aux vieux murs du grenier en briques et poutres de chêne et à deux cloisons intérieures. Tout le reste était pourri car il avait plu à l’intérieur pendant des années.’

Improvisation

La rénovation a été une grande aventure au cours de laquelle les plans ont maintes fois été modifiés. ‘Les travaux ont dévoilé quelques trésors cachés. Dissimulée dans un mur, une jolie voûte ne demandait qu’à retrouver sa fonction d’antan. C’est le genre de découvertes qui nous ont amenés à adapter régulièrement notre projet.’ Michiel a estimé qu’il était important de distinguer clairement la différence entre passé et présent. ‘Dans cette maison, on peut facilement voir ce qui a été ajouté et quelles ont été les interventions. Ainsi, les vieux murs de briques ont été recouverts d’une fine couche d’enduit à la chaux. Les nouveaux éléments ne devaient pas être trop voyants. Je voulais respecter ce qui était déjà présent et faire en sorte que les ajouts soient en accord avec l’ancienne structure. C’est pourquoi j’ai choisi des matériaux nobles, comme le bois, l’acier, le verre et le béton.’

Travail à domicile

Les habitants souhaitaient pouvoir exercer leurs activités professionnelles chez eux. ‘Ma compagne, qui est kinésithérapeute et ostéopathe, voulait installer son cabinet au sein de la maison. En tant qu’architecte, je désirais moi aussi y disposer de mon propre bureau. C’est un grand bâtiment mais y aménager toutes ces fonctions n’a pourtant pas été une mince affaire. De plus, nous voulions également que la cuisine à vivre soit au niveau du jardin.’

Source Pure Maison janvier/février 2017 | Photographie Marie Houttequiet | Texte Anneleen Peeters

article précédent article suivant

votre réaction

* Ces champs sont indispensables pour un suivi correct

Shop suggesties

Inspiratie suggesties