Ancien hospice militaire

Dès qu’elle a mis un pied dans l’entrepôt près de chez son ami, Joyce a su qu’elle avait trouvé son bonheur. Et même si peu de gens y voyaient quelque chose de beau, peu lui importait car elle savait exactement quoi en faire: une maison pour elle et ses fils à laquelle elle pourrait donner son propre cachet.

Endroit idéal

« Donne-moi donc le hangar », ai-je dit à mon ami lorsque j’ai découvert l’entrepôt situé à côté de chez lui. « Ce n’est pas possible » m’a-t-il tout d’abord répondu. En fait, personne n’était vraiment très enthousiaste », explique Joyce Lankhaar en riant. « Il avait acheté le bâtiment à ses parents et l’utilisait comme hangar. Il y avait plein de bric-à-brac, un baby-foot et quelques appareils de fitness. Je trouvais que c’était dommage de le laisser vide et, comme à l’époque je louais en même temps un logement et un bureau, cela me semblait l’endroit idéal pour mes deux fils et moi: suffisamment grand pour y habiter et y travailler tout en étant à deux pas de chez mon ami et ses deux fils. » L’immeuble, construit comme hospice militaire, avait longtemps servi d’atelier de construction mécanique. « On peut encore voir les poulies, que j’ai tout simplement laissées. » Plusieurs autres éléments rappellent cette époque, comme les grandes fenêtres à croisillons au rez-de-chaussée, les petits fenêtres rondes à l’étage et les ossatures caractéristiques en fer.

Imperfections

« J’avais toujours rêvé d’un espace industriel vide de cette taille que l’on puisse configurer à sa guise sans devoir tenir compte de la situation existante. Je n’avais pas de plan bien défini, la maison s’est construite petit à petit avec tout ce que j’ai déniché plus ou moins au hasard. La cuisine par exemple vient d’un show-room qui avait brûlé: je n’ai eu qu’un quart d’heure pour me décider et j’ai dû l’emporter moi-même, mais je l’ai eue pour une bouchée de pain et elle a parfaitement trouvé sa place ici. Même chose pour la déco: beaucoup de vintage trouvé sur Marktplaats avec des nouvelles créations de jeunes designers et des plantes à l’ancienne. Si je trouve quelque chose qui me convient sur un salon, un marché, dans un concept store ou une vente de particuliers, je le prends. Je ne réfléchis pas très longtemps, je fonctionne à l’instinct et j’éprouve rarement des regrets. Peu importe s’il y a quelques imperfections. J’aime les maisons qui ont une personnalité et qui vous dévoilent le genre de personne qui y habite dès que vous y pénétrez.

Source: vtwonen 06-2018 | Photographie Stan Koolen | Stylisme Emmy van Dantzig, Mijke Niks

article précédent article suivant

votre réaction

* Ces champs sont indispensables pour un suivi correct

Shop suggesties

Inspiratie suggesties